Le fonds activiste Amber n'a pas remporté la bataille lors de l'assemblée générale du groupe Lagardère, le 5 mai, mais des questions demeurent en suspens., @CCO

BUSINESS CASE

Gouvernance : Lagardère sauve son AG mais reste en observation !

Par  Anne-Catherine HUSSON TRAORE|Publié le 04/05/2020

[Mise à jour du 6 mai 2020] L’AG du groupe Lagardère du 5 mai devait permettre aux actionnaires d’arbitrer le duel sans merci entre l’héritier, Arnaud Lagardère, et le fonds activiste Amber Capital qui voulait changer tout le conseil de surveillance. Le modèle de gouvernance des "fleurons du capitalisme français" l’a momentanément sauvé puisque les résolutions d’Amber Capital ont été repoussées. Mais elles ont obtenu plus de 40 % des voix.

Les assemblées générales de groupe coté ressemblent parfois à des feuilletons à rebondissement où les actionnaires deviennent les arbitres de batailles médiatisées. C’est le cas de celle du groupe Lagardère qui s’est tenue à huis clos le 5 mai. Arnaud Lagardère, le gérant de la commandite créée par son père pour piloter le groupe, et le président du Conseil de surveillance, ont écrit une lettre ouverte aux actionnaires le 21 avril. Ils y défendaient leur stratégie et légitimaient la gouvernance en place attaquée par le fonds activiste.

"Amber Capital propose de faire table rase du Conseil de Surveillance et de nommer des membres n’ayant aucune connaissance particulière des métiers du Groupe, dont le processus de sélection n’a fait l’objet d’aucun éclairage et dont l’indépendance vis-à-vis d’Amber Capital n’est pas assurée." Ils ont aussi appelé dans la presse à défendre ce "fleuron du capitalisme français" passé du CAC40 au SBF 120 et qui a perdu beaucoup de sa superbe financière. 

Lagardère appelle les renforts

Pour défendre le statut de commandite spécifique au groupe, et les dirigeants, des renforts ont été appelés. Coté administrateurs, Nicolas Sarkozy, ancien président de la République et Guillaume Pepy, ancien dirigeant de la SNCF, ont été cooptés en février au sein du conseil de surveillance. Côté actionnaires, Vivendi piloté par Vincent Bolloré et Fimalac piloté par Marc Ladreit de Lacharrière, auraient pris des participations au capital pour apporter leurs votes aux dirigeants actuels. Ce dispositif a permis à Arnaud Lagardère de repousser l’assaut du dirigeant d’Amber Capital, Joseph Oughourlian, dont le Monde rappelait dans le portrait qu’il lui a consacré le 22 avril qu’il avait une "fâcheuse tendance à sous-estimer le pouvoir des réseaux politco-financiers, en France comme en Espagne".

Ses résolutions ont été rejetées par les actionnaires à 57 % des voix. Ce score est en fait un signal de leur inquiétude sur la direction actuelle du groupe qui n’a pas bénéficié d’un soutien massif. Pour Amber Capital, "les votes montrent le souhait de nombreux actionnaires de voir le groupe se transformer. C’est pourquoi il sera nécessaire de leur apporter des réponses aux questions posées."

Si le conseil de surveillance n’a pas été renouvelé, la question de la transformation de la société en commandite en société anonyme reste d’actualité. Ce régime dérogatoire fait enrager les conseils de vote, à commencer par le président de Proxinvest Pierre Henry Leroy.

Le 1er mai, il dénonçait ce système qui a "conduit la perte de valeur de 40 % du groupe sur la dernière décennie, a pesé entièrement sur les actionnaires". Pour lui, "Lagardère est, disons-le, le fleuron du capitalisme de connivence à la française, celui que tout gouvernement ou régulateur soucieux d’intégrité et d’efficacité financière eut dû depuis longtemps éradiquer."

L’AG de Lagardère a donc bel et bien été une bataille emblématique de Gouvernance. Les investisseurs responsables qui intègrent le G d’ESG, ont été invités à y prendre part dans le cadre de leur doctrine d’engagement actionnarial. Pour les éclairer, l’AMF a publié une communication sur le sujet fin avril. Le régulateur veut ainsi apporter sa contribution au débat et formule plusieurs propositions pour "améliorer la transparence et le dialogue entre émetteurs et actionnaires". La bataille continue.


Accéder à l’intégralité des articles Novethic Essentiel.
Déjà abonné ? Se connecter

Retenez l’essentiel de la finance
durable : meilleures pratiques,
tendances à suivre et
décryptages d’experts

Profitez d’une analyse unique de
ces marchés en pleine expansion
et d’une veille sur les nouveaux
risques ESG

Bénéficiez de briefs
opérationnels sur les
dispositifs réglementaires et
outils de la finance durable

Je m'abonne
Popup de la lettre d'information! Le snippet pop up de la lettre d'information est effectif sur cette page. Cliquez C'est ici pour éditer le contenu du dialogue