Groupe Seb : la rémunération du président contestée par une partie de la famille fondatrice

Thierry de la Tour d'Artaise, président du groupe Seb , @JFDeroubaix Seb

BUSINESS CASE

Groupe Seb : la rémunération du président contestée par une partie de la famille fondatrice

 Article réservé aux abonnés|Par  Arnaud Dumas|Publié le 11/05/2022

Le feuilleton de la contestation des rémunérations trop élevées des dirigeants de grands groupes se poursuit. Chez Seb, la famille fondatrice s’en mêle. Thierry de la Tour d’Artaise, PDG de longue date et membre de la famille, abandonne ses fonctions exécutives pour rester président du conseil. Mais son salaire de 950 000 euros est jugé trop élevé par la holding Fédéractive, qui réunit la partie minoritaire de la famille, et par les agences de conseil en vote. L’AG se tiendra le 19 mai sur fond de guerre des clans.

Même dans les sociétés familiales, les assemblées générales peuvent être tendues. Le groupe Seb qui tient son assemblée générale le 19 mai va voir s’affronter deux branches héritières des fondateurs de l’entreprise, sur le thème de la rémunération du président du conseil d’administration. Une partie des actionnaires familiaux, regroupés au sein de la holding Fédéractive qui détient près de 7 % du capital mènent l’offensive, en annonçant qu’ils voteront contre l’approbation de la rémunération du président.

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable