L'assemblée générale de Total se tient le 29 mai 2020., @Total

BUSINESS CASE

L’assemblée générale de Total bousculée par l’engagement actionnarial sur le climat

Par  Arnaud DUMAS|Publié le 25/05/2020

Une résolution actionnariale sur le climat inscrite à l’ordre du jour, une coalition d’investisseurs qui pousse la major à renforcer ses ambitions climatiques… L’assemblée générale de Total, qui se tient le 29 mai, est pour la première fois le théâtre du dialogue avec les investisseurs responsables qui pousse l’entreprise à transformer son modèle pétrolier. Pour ses pairs Shell et BP, c’est déjà un rituel, lancé il y a trois ans.

Les résultats des votes ne sont pas encore connus. Mais l’assemblée générale de Total, qui se tient à huis clos le vendredi 29 mai, s’annonce déjà comme l’une des AG phare de la saison 2020. Le dialogue actionnarial entre le management et les investisseurs responsables s’est révélé particulièrement riche et fructueux sur le thème de l’accélération de la transition énergétique des acteurs pétroliers.

Alors que fin 2019, Patrick Pouyanné, le PDG de Total, semblait remettre à plus tard la transition de son groupe et se tournait vers les actionnaires en quête de dividendes élevés, il s’apprête à soumettre à ses actionnaires une politique climat ambitieuse. Ce changement de cap est dû à une double pression actionnariale. Pour la première fois, une résolution externe sur le climat a été déposée par onze investisseurs, dont la Banque Postale Asset Management, Meeschaert et Candriam, et a été inscrite à l’ordre du jour. La résolution actionnariale vise à modifier les statuts de l’entreprise pour mettre en place des objectifs de réduction des émissions sur les scopes 1, 2 et 3. C’est un signal fort dans un pays où les actionnaires ont beaucoup de difficulté à réunir le quota d’actions nécessaire pour soumettre à l’AG des débats non désirés par le management. 

Nouvelle ambition climat

La démarche a certainement servi d’aiguillon pour la coalition Climate Action 100+ qui dialoguait avec le groupe depuis de long mois. Cet intense dialogue a permis au pétrolier d’annoncer, le 5 mai dernier, une nouvelle stratégie climat. Celle-ci prévoit notamment d’atteindre la neutralité carbone sur les scopes 1, 2 et 3 en Europe mais sur les seuls scopes 1 et 2 dans le reste du monde.

L’assemblée générale s’annonce passionnante puisque les actionnaires vont devoir départager deux visions de l’ambition climatique que doit avoir Total. Pour les dirigeants du groupe, les ambitions sur le climat approuvées par la plus importante coalition mondiale, sont suffisantes. Mais les onze investisseurs qui soutiennent la résolution externe n’ont pas baissé les bras. Ils continuent de demander plus de clarté sur les investissements bas carbone du groupe et souhaitent, par exemple, qu’il n’agrège pas le gaz et les énergies renouvelables dans le reporting sur son mix énergétique. Ils voudraient aussi qu’il s’engage à réduire ses émissions directes et indirectes (scopes 1,2,3) dans le monde entier.

Compter les voix 

La bataille d’influence pré-AG fait rage, d’autant plus que les votes se déroulent en amont et par correspondance. Total, dans sa convocation a clairement recommandé aux actionnaires de ne pas soutenir la résolution externe afin qu’elle recueille le moins de voix possibles.

De son côté, l’ONG environnementale Reclaim Finance interpelle sur Twitter les banques françaises, notamment BNP Paribas, Société Générale et Natixis, pour les inciter à la soutenir. Ce que fait déjà Proxinvest, l’agence française de conseil en vote, mais aussi le fonds de pension britannique Nest. 

En revanche, l’Américain ISS a mis toute sa puissance de conseil en exercice du droit de vote au service de Total. Il recommande de voter contre la résolution actionnariale. "La stratégie climat de l’entreprise est considérée à ce stade comme étant une réponse aux questions soulevées dans la résolution", écrit ISS dans son analyse.

L’enjeu est important car si la résolution des investisseurs les plus engagés obtenait un score élevé, la pression serait forte pour inciter Total à rehausser ses ambitions climatiques. Ceci dit, en six mois, elles ont déjà fait un bond considérable grâce à l’engagement actif d’un quart de ses actionnaires.


Accéder à l’intégralité des articles Novethic Essentiel.
Déjà abonné ? Se connecter

Retenez l’essentiel de la finance
durable : meilleures pratiques,
tendances à suivre et
décryptages d’experts

Profitez d’une analyse unique de
ces marchés en pleine expansion
et d’une veille sur les nouveaux
risques ESG

Bénéficiez de briefs
opérationnels sur les
dispositifs réglementaires et
outils de la finance durable

Je m'abonne
Popup de la lettre d'information! Le snippet pop up de la lettre d'information est effectif sur cette page. Cliquez C'est ici pour éditer le contenu du dialogue