Mine de Grasberg en Indonésie. L'une des plus importante au monde pour l'extraction d'or et de cuivre. @Gr8ph1cs

BUSINESS CASE

Le désinvestissement fonctionne, le fonds souverain norvégien le prouve avec Rio Tinto

 Article réservé aux abonnés | Par   Ludovic DUPIN |Publié le 31/10/2019

Rio Tinto est de nouveau adoubé par le fonds souverain qui a repris 1,4 % de son capital. Pendant plus de 10 ans, l’entreprise minière était placée sur une liste noire en raison de sa participation dans une mine indonésienne très rentable mais très polluante. La société s’en est débarrassée, il y a un an.

En 2008, le conseil d’éthique du fonds souverain Norvégien mettait l’entreprise minière anglo-australienne Rio Tinto sur sa liste noire. En conséquence, le fonds, l’un des plus grands de la planète assis sur plus de 1 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion, désinvestissait de la deuxième entreprise du secteur. En cause, sa participation dans la mine indonésienne de Grasberg.

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Décryptages des tendances
de marché, nouveaux outils
et stratégies innovantes

Analyses des pratiques
d’investissement
et de gestion responsables

Chaque mercredi :
ce qu’il faut retenir de
l’actualité Finance Durable

Je m’abonne