L'ODD n°5 vise à assurer l'égalité entre les sexes., BH & CCO

BUSINESS CASE

[ODD-le monde d’après] Investir pour assurer l’égalité entre les sexes

Par  Béatrice HÉRAUD|Publié le 10/04/2020

La crise du coronavirus montre l’importance de changer notre modèle économique. Pour fixer le cap d’un développement plus soutenable, une grille de lecture de référence, d’envergure internationale et universelle, existe déjà. Il s’agit des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) adoptés en 2015 par l’ONU. Déjà utilisés par de nombreux acteurs économiques et financiers, ils doivent aujourd’hui être regardés comme un outil opérationnel pour flécher les innovations et investissements vers les activités qui assureront la reprise d’une économie durable. Tous les jours, L'Essentiel de la finance durable vous propose un éclairage sur chacun des ODD.

L’OBJECTIF 2030

L’Objectif de développement durable n°5 est spécifiquement dédié à l’autonomisation des filles et des femmes. Il concerne l’égalité entre les sexes et vise à mettre fin à toutes les formes de discrimination et de violence contre les femmes et les filles dans le monde entier. Pour atteindre cet objectif, il s’agit de mettre en place des moyens pour lutter contre ces discriminations et violences, de favoriser l’accès des femmes à des fonctions de direction et de décision et d'assurer l’accès universel aux droits, notamment sexuels et reproductifs. Les ODD étant interdépendants, la réalisation de chacun des objectifs nécessite de travailler sur les 17 autres pour assurer leur réalisation.

LA SITUATION ACTUELLE

Si la place des femmes a progressé dans les fonctions politiques à travers le monde, leur représentation dans les parlements nationaux (23,7 %) reste encore loin de la parité. C’est également le cas dans le secteur privé. Selon le Gender equality index de Bloomberg, le nombre de femmes atteignant des fonctions de direction a augmenté de 40 % entre 2014 et 2017. Mais, alors que 36 % des effectifs des entreprises mondiales sont constitués de femmes, elles ne sont plus que 5 % au niveau des directions générales selon la société de gestion Mirova. 

On estime par ailleurs que 750 millions de femmes et de filles dans le monde sont mariées avant l’âge de 18 ans et qu’au moins 200 millions de filles et de femmes actuellement en vie ont subi des mutilations génitales.

La crise du Covid-19 affecte particulièrement les femmes : d'une part, parce qu'elles sont majoritaires dans les professions de soins et de première nécessité qui sont fortement exposées au virus. Et d'autre part, en raison des violences conjugales qui peuvent se renforcer en période de confinement. 

En France, l’indicateur principal de l’ODD n°5 est l’écart de salaire entre les hommes et les femmes. Il atteint 15,4 % sur le salaire moyen selon l’INSEE (les femmes touchent 18,5 % de moins que les hommes en équivalent temps plein). Autre indicateur intéressant : la part des femmes dans les disciplines scientifiques à l’université, qui plafonne encore à 22,4 % en 2019. 


LES INITIATIVES DES ACTEURS ECONOMIQUES

Travailler sur l’égalité professionnelle, au quotidien, de l’embauche à la promotion aux postes de direction en passant par l’égalité salariale. Pour aider les entreprises à identifier les points de dysfonctionnement, le gouvernement français a mis en place l’index égalité femmes-hommes. Cette note sur 100 est calculée à partir de cinq indicateurs (écarts de rémunération, répartitions des augmentations individuelles et des promotions, nombre de salariées augmentées à leur retour de congé maternité et de personnes du sexe sous-représenté parmi les dix plus hautes rémunérations). Elle donne une base pour les sociétés (de plus de 50 salariés) qui y sont soumises mais doit être crédibilisée. En haut de classement, la Maif affiche une note de 99/100. 

Investir dans des fonds thématiques sur la parité dans les entreprises. Le manque de femmes dans les instances de direction n'est pas bon pour les affaires: même Goldman Sachs en est désormais convaincu ! La banque d'affaires a déclaré début 2020, qu'elle ne conduirait plus d'introductions en Bourse de société ne comptant pas au moins une femme et/ou une personne issue de la diversité dans son conseil d'administration. 

Le women ledear equity fund de Mirova s’intéresse aux entreprises dans lesquelles le comité exécutif est composé au moins de 30 % de femmes, avec une femme directrice générale ou directrice financière. L’écart entre le nombre de femmes dans l’effectif global de l’entreprise et dans les fonctions de direction doit être inférieur à 15 %. 

Accéder à l’intégralité des articles Novethic Essentiel.
Déjà abonné ? Se connecter

Retenez l’essentiel de la finance
durable : meilleures pratiques,
tendances à suivre et
décryptages d’experts

Profitez d’une analyse unique de
ces marchés en pleine expansion
et d’une veille sur les nouveaux
risques ESG

Bénéficiez de briefs
opérationnels sur les
dispositifs réglementaires et
outils de la finance durable

Je m'abonne
Popup de la lettre d'information! Le snippet pop up de la lettre d'information est effectif sur cette page. Cliquez C'est ici pour éditer le contenu du dialogue