Smart city : ses connexions sont-elles toujours bénéfiques pour l’environnement ?

@CCO

BUSINESS CASE

Smart city : ses connexions sont-elles toujours bénéfiques pour l’environnement ?

 Article réservé aux abonnés | Par  Anne Catherine Husson Traore | Publié le 12/08/2022

Très tendance ces dernières années, le concept de smart city vise à utiliser les technologies numériques pour connecter les villes afin qu’elles améliorent leurs performances environnementales sur l’énergie, les transports, l’eau, etc. Mais entre les dérives du tout smart sans trop de durable, des villes connectées en Chine orientées sur la surveillance et les villes mirages des pétro-monarchies comme Masdar et Neom, le concept est remis en cause. À Toronto, les Canadiens veulent même l’enterrer ! Cet été, Novethic Essentiel vous propose une série d’articles sur de grands enjeux géopolitiques.

Plus de la moitié de la population mondiale doit vivre dans des villes qui consomment les deux tiers de l’énergie disponible et représentent 70 % des émissions de gaz à effet de serre à travers l’éclairage, le chauffage, le froid et les transports. À l’heure où l’énergie coûte de plus en plus cher, les smart cities tiennent-elles leurs promesses ? Comme l’explique Pierre Le Thiez pour l’Institut français du pétrole et des énergies nouvelles (IFPEN) : "le concept de “ville intelligente” ou “Smart City” consiste à utiliser stratégiquement le numérique pour optimiser la planification et la gestion urbaines, dans le but d’accroître la qualité des services urbains ou encore d’en réduire les coûts, et finalement de favoriser l’émergence des métropoles durables". 

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable