,

INSIDE ESG
Transport / Mobilité

Mobilité durable : les constructeurs auto avancent le pied sur le frein

PDF

Publié le 03/03/2020

Les constructeurs automobiles doivent se réinventer et les investisseurs influencer vers des modes de production plus respectueux de l’environnement. Cette note présente les risques et opportunités pour les acteurs financiers et entreprises.

INTRODUCTION

Le secteur des transports représente la majeure partie des émissions de gaz à effet de serre dans l’économie mondiale. Il compte notamment pour 22,3 % des émissions européennes, juste derrière le secteur de l’énergie (27,8 %). L’automobile s’arroge la part la plus importante des émissions du secteur du transport (voir graphique ci-dessous), il s’agit donc logiquement du secteur sur lequel les réglementations sur les émissions polluantes et sur les émissions de gaz à effet de serre ont eu tendance à se concentrer depuis de nombreuses années.
Malgré les réglementations, le secteur des transports n’a pas réussi à réduire ses émissions en Europe, au contraire. Selon un rapport de juin 2019 de France Stratégie intitulé « Comment faire enfin baisser les émissions de CO2 des voitures », il s’agit du seul secteur économique à n’avoir pas réussi à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, celles-ci ont augmenté de 28 % entre 1990 et 2017.
L’urgence climatique et les réglementations qui se développent aussi bien en Europe que dans d’autres régions du monde vont pourtant obliger les constructeurs à se transformer rapidement. Ces entreprises se retrouvent déjà en situation de risque financier, face à la réduction de leur marché traditionnel.
Les constructeurs ont construit pas à pas depuis plusieurs décennies une chaîne de valeur mondialisée afin de produire des voitures toujours plus équipées, tout en réduisant leurs coûts. Technologies de sécurité comme le freinage ABS et ESP, … 


SOMMAIRE

I. Le modèle économique de l’industrie automobile en pleine disruption

1 - Une industrie sous perfusion
2 - La réglementation sur les émissions de gaz à effet de serre pousse vers l’électrique
3 - Le coût de l’immobilisme

III. Les investisseurs face a de nouveaux risques : maitrise des chaines d’approvisionnement et « transition juste »

1 - Engagement actionnarial : les gammes des constructeurs se renouvellent trop lentement au goût des investisseurs
2 - Le problème de la batterie électrique
3 - Du moteur à combustible à l’électrique, un fort risque de casse sociale