Actifs fossiles à vendre, le private equity n’est peut-être plus la solution

@CCO

L'ACTU

Actifs fossiles à vendre, le private equity n’est peut-être plus la solution

 Article réservé aux abonnés|Par  Arnaud DUMAS|Publié le 08/01/2022

Le rachat de mines de charbon et d’autre actifs fossiles en passe d’être échoué est-il aussi juteux qu’on le pensait pour les sociétés de capital investissement ? Pas si sûr, pour Mark Campanale, le président de Carbon Tracker Initiative, qui pointe des données de Bloomberg dans un billet LinkedIn. Il prend à contrepied les craintes selon lesquelles le désinvestissement du fossile ferait les beaux jours du Private equity, au détriment de la planète. Chaque semaine L’Essentiel de la finance durable vous propose un billet LinkedIn qu’il ne fallait pas manquer.

Non, les acteurs du private equity ne vont pas se jeter en masse sur les actifs fossiles délaissés par les grandes compagnies minières ou les grands énergéticiens. C’est ce qu’assène Mark Campanale, fondateur et président de Carbon Tracker Initiative, en voulant mettre fin à ce qu’il considère comme une idée reçue. Plusieurs observateurs, dont l’ancien vice-président américain Al Gore, s’inquiètent en effet depuis plusieurs mois du fait que la hausse du prix de l’énergie pouvait inciter les acteurs du capital investissement à reprendre les activités polluantes que, sous la pression actionnariale, les sociétés cotées doivent vendre.

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable

1 € le premier mois*

*Pour l’offre « ACCESS »