Après Vinci et Engie : les "Say on Climate" demandés aux actionnaires sont loin d’être des formalités

@COO

L'ACTU

Après Vinci et Engie : les "Say on Climate" demandés aux actionnaires sont loin d’être des formalités

 Article réservé aux abonnés|Par  Mathilde GOLLA|Publié le 20/04/2022

L’AG d’Engie du 21 avril a un Say on Climate dans son agenda. Cette résolution, soumise aux actionnaires, décrit sa feuille de route pour être neutre en carbone en 2045. L’ONG Reclaim Finance appelle les investisseurs à voter contre cette politique qu’elle ne juge pas assez ambitieuse. Le score de la résolution montrera le rapport de force entre les actionnaires sur le degré d’ambition climatique attendue d’entreprises très émettrices. Neuf entreprises françaises dont Vinci ont mis le climat à l’agenda de leurs AG.

L’ambition climatique des entreprises est au menu des AG 2022 et plus particulièrement de celles qui sont les plus émettrices de CO2. Neuf d’entre elles ont fait la démarche de proposer des résolutions "Say On Climate" à leurs actionnaires. Engie, TotalEnergies, Getlink (ex-Eurotunnel), EDF, les foncières ICADE et Mercyalis, Nexity et Elis ou encore Amundi. Cette démarche volontaire permet d’analyser le degré d’exigence climatique des entreprises. Le Forum pour l’investissement responsable rappelait dans une tribune publiée le 24 mars dernier que les entreprises devaient allier transparence et ambition rappelant que les investisseurs engagés sur le climat attendent "de l’exhaustivité sur les objectifs qui doivent couvrir les trois scopes, un agenda précis avec des objectifs de réduction des émissions doivent être formulés à court (jusqu’à 2025), moyen (2030) et long-terme (2050 ou avant) et des moyens identifiés et suffisants".

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable