Crédit Suisse et UBS : la fusion fait craindre une casse sociale

@Fabrice Coffrini / AFP

L'ACTU

Crédit Suisse et UBS : la fusion fait craindre une casse sociale

 Article réservé aux abonnés | Par  Arnaud Dumas | Publié le 22/03/2023

Le rapprochement entre les deux grandes banques suisses pourrait entraîner plusieurs milliers de licenciements en Suisse. Les syndicats accusent la mauvaise gestion de la banque par ses dirigeants et les prises de risques inconsidérées comme étant à l’origine de la crise, et demandent que les emplois soient maintenus. Le gouvernement a décidé de suspendre le versement d’une partie des bonus des dirigeants.

La chute du Crédit Suisse, deuxième banque du pays, a causé un choc inédit dans le secteur bancaire helvète. Son rachat in extremis par UBS, coordonné par les pouvoirs publics et révélé un dimanche soir, a montré la faiblesse d’une industrie dont le pays a longtemps fait son porte-étendard. La fusion entre les deux grandes banques devrait en outre se traduire par un risque important de casse sociale. Entre 9500 et 12 000 emplois pourraient partir en fumée suite au rachat du Crédit Suisse par UBS, selon les estimations de BAK Economics, un institut suisse de recherche économique. Les deux banques emploient près de 37 000 personnes dans le pays et près de 120 000 dans le monde. Le rapprochement prévu pour la fin de l’année devrait créer des doublons, l’institut d’études économiques pronostiquant notamment une rationalisation du réseau de succursales dans le pays.

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable