Le gouvernement fédéral allemand a mis en place un comité sur la finance durable pour l'aider à transformer son modèle économique., @CCO

L'ACTU

En Allemagne, une stratégie officielle se précise pour la finance durable

Par  Paul KIELWASSER|Publié le 29/05/2020

Les lignes bougent pour la finance durable en Allemagne dans le sillage des travaux d’un comité consultatif auprès du gouvernement fédéral. Le pays affine ses priorités pour peser dans la mise en œuvre du plan européen sur la finance durable et relancer l’économie avec des objectifs durables, malgré l’opposition de certains des acteurs financiers.

Le comité consultatif sur la finance durable travaille à une stratégie officielle pour établir l’Allemagne comme un leader européen dans le secteur. Cette ambition s’affirme alors que le pays prendra la présidence du Conseil européen en juillet, et voudrait influencer l’agenda durable au niveau communautaire. Cependant, les milieux économiques outre-Rhin sont sceptiques face à cette nouvelle contrainte réglementaire qui s’annonce.

Le "Sustainable Finance Beirat der Bundesregierung" établit des recommandations pour la stratégie finance durable du gouvernement fédéral. Sur le modèle du groupe d’experts techniques européen (TEG), il est composé d’un large panel d’acteurs financiers, d’ONG et d’associations patronales. Particularités du modèle allemand, les investisseurs confessionnels sont bien représentés au sein du comité, ainsi que des grands groupes industriels et des entreprises des nouveaux secteurs durables.

Cette présence des entreprises illustre l’un des objectifs principaux fixés par le comité dans son rapport intermédiaire publié au mois de mars : œuvrer par la finance durable à la transformation du modèle économique allemand, pour en préserver la compétitivité et le plein emploi. La transformation doit s’opérer sous l’égide à la fois de l’accord de Paris et des Objectifs de développement durable (ODD). 

L’essentiel des mesures dévoilées s’inscrit dans le cadre en discussion au niveau européen. Plusieurs dispositifs se démarquent toutefois. Le comité propose par exemple la production d’un rapport sur le modèle TCFD pour toutes les entreprises cotées d’ici à 2022. De même, il fixe l’objectif d’une évaluation de tous les produits financiers à l’aide d’une classification basée sur la taxonomie européenne, mais qui disposerait de seuils différents et inclurait aussi la contribution aux ODD. Enfin, il suggère une transparence totale sur l’impact des portefeuilles et budgets des autorités et institutions financières publiques. 

Exister au niveau européen

Le comité a tenu une consultation sur son rapport intermédiaire, dont les résultats sont attendus prochainement, avant un rapport final au début de l’automne. Les acteurs du secteur financier ont déjà affiché leur mécontentement face à cette stratégie, qui serait un doublon contre-productif des travaux européens, avec des échéances très similaires, selon des commentaires rapportés par le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung. 

Il s’agit surtout pour le gouvernement allemand d’affirmer ses principes en matière de finance durable, alors qu’il aura la haute main sur l’agenda politique européen à l’automne 2020. Le comité consultatif a lui-même souligné que l’Allemagne n’a pas pesé autant qu’elle aurait pu dans les discussions autour de la taxonomie européenne. En mars, le secrétaire d’État aux finances Jörg Kukies soulignait dans le quotidien Handelsblatt que ce retour au premier plan pourrait passer par l’émission à l’automne du premier "Bund vert".

Ces enjeux pèseront également dans l’élaboration des plans de relance au niveau européen, dont la durabilité sera l’un des principes importants. Pour informer ce travail, le ministère allemand de l’Environnement a envoyé un questionnaire à plus de 400 grandes entreprises européennes, les invitant à autoévaluer le positionnement de leurs activités par rapport à la taxonomie européenne, d’après des informations du site Responsible Investor. 

En Allemagne, les lignes officielles bougent finalement sur la finance durable, qui s’inscrit comme une nouvelle priorité stratégique pour le gouvernement fédéral. Il reste à voir comment cette évolution s’accordera avec les plans élaborés à Bruxelles, et si elle ne provoquera pas des tensions avec les autres pays européens déjà leaders du secteur. 


Accéder à l’intégralité des articles Novethic Essentiel.
Déjà abonné ? Se connecter

Retenez l’essentiel de la finance
durable : meilleures pratiques,
tendances à suivre et
décryptages d’experts

Profitez d’une analyse unique de
ces marchés en pleine expansion
et d’une veille sur les nouveaux
risques ESG

Bénéficiez de briefs
opérationnels sur les
dispositifs réglementaires et
outils de la finance durable

Je m'abonne
Popup de la lettre d'information! Le snippet pop up de la lettre d'information est effectif sur cette page. Cliquez C'est ici pour éditer le contenu du dialogue