Louise Davidson, la directrice générale de l'Australian council of superannuation investors, l'association des fonds de pension australiens., @ACSI

L'ACTU

En Australie, les investisseurs responsables font de la résistance

Par   Arnaud DUMAS |Publié le 09/09/2019

L’ACSI, l’association des fonds de pension australiens, s’est rendue à Paris début septembre pour étudier et s’inspirer de l’écosystème européen de la finance durable. Avec un brin d’envie… Les autorités publiques australiennes continuent en effet de favoriser le développement des énergies fossiles et n’encouragent pas l’orientation des flux d’investissement vers l’économie bas carbone. Et pourtant, quelques investisseurs responsables continuent de creuser leur sillon.

Une vingtaine de représentants des principaux fonds de pension australiens a décidé de faire les 24 heures de voyages les séparant de Paris pour assister aux réunions des PRI in Person, qui se tiennent du 10 au 12 septembre. Mais pas seulement. Avant cela, ils ont passé deux jours à multiplier les rencontres avec l’écosystème français et européen de la finance durable. L’Australian council of superannuation investors, l’association des fonds de pension australiens qui représentent 2200 milliards de dollars d’actifs sous gestion, veut observer, comprendre et s’inspirer de la manière dont les investisseurs institutionnels du Vieux Continent s’y prennent pour intégrer dans leurs pratiques les facteurs Environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ainsi que le risque climatique.