Candice Brenet, la présidente de la commission ESG de France Invest et directrice RSE d'Ardian., @France Invest

L'ACTU

ESG, ODD, climat : comment le non coté veut pousser les entreprises au changement

Par  Arnaud DUMAS|Publié le 29/07/2019

Le "private equity" s’engage. France Invest, l’association des investisseurs en capital, vient de publier son 6e rapport annuel ESG. Candice Brenet, la présidente de la commission ESG chez France Invest et la directrice RSE chez Ardian, explique à l’Essentiel de la Finance Durable comment les sociétés de gestion prennent en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans l’analyse des entreprises, mais aussi la manière dont les investisseurs font bouger les entreprises sur la question.

Vous constatez une montée en puissance de la prise en compte des critères ESG par le private equity. Mais il y a aussi de fortes disparités ?

Il y a toujours du travail à faire et c’est l’objet du rapport annuel ESG de France Invest, de voir où demeurent les axes d’amélioration. C’est un long chemin, mais l’intégration des critères ESG de manière structurée est encore récente, cela date d’une dizaine d’années. 

Quelques faits saillants ressortent de la 6e édition du rapport. Nous avons fait le choix de le présenter par classes d’actifs (small cap, mid cap, large cap, infrastructure, dette, impact et venture), car nous avons un panel d’investisseurs diversifié. On constate une augmentation forte du nombre de due diligences ESG réalisées lors des opérations de financement : elles ont doublé pour les mid cap et les fonds infrastructures et ont triplé pour les large cap.