Fiscalité et inégalités au programme de Davos ? Non, énergie, climat et paradoxes

@WEF

L'ACTU

Fiscalité et inégalités au programme de Davos ? Non, énergie, climat et paradoxes

Par  Anne-Catherine Husson Traore | Publié le 17/01/2023

Dans la station suisse de Davos, les dirigeants mondiaux ont rendez-vous toute la semaine. Le Forum se déroule pour la première fois depuis trois ans "comme d’habitude". Mais le monde a changé. L’oracle économique est bousculé sur le climat, la pauvreté et les inégalités par tous ceux qui l’interpellent sur la concentration des richesses dont l’acceptation sociale recule. Tout comme le fait de se rendre en jet privé dans une station de ski sans neige.

"La crise énergétique, et plus important encore, la réponse structurelle que vont lui apporter les pays qui tentent d’allier économie, sécurité, et climat sera LE thème de nos débats, de l’année et sans doute de la décennie", explique Alessandro Blasi, conseiller spécial du Directeur de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) qui participe pour la dixième fois au Forum de Davos. Vu de l’intérieur, le Forum semble effectivement mobilisé sur les grandes crises de l’époque à travers des débats sur l’accélération de la transition verte, le plastique et la nature, l’Ukraine ou l’agriculture et l’alimentation. Vu de l’extérieur, en revanche, c’est un monde déconnecté qui se réunit à Davos où le changement climatique et la répartition des richesses restent des sujets de conversation, pas d’action.

Oxfam a profité de l’ouverture du Forum pour publier son étude annuelle sur la répartition des richesses dans le monde et rappeler que, de son point de vue, la meilleure solution pour financer la lutte contre la précarité des plus pauvres est d’établir un barème de taxation de solidarité des plus riches. Sur le plan environnemental, ce n’est pas mieux puisque le principal mode de transport à Davos reste le jet privé. Et là, c’est Greenpeace qui monte au créneau. L’ONG a publié une étude sur les plans de vols de l’édition 2022. Elle estime que le Forum de Davos génère le vol de plus de 1000 jets privés dont l’un n’a fait un parcours que de 21 km. Cela représente 7400 tonnes de CO2, soit près de 800 ans d’empreinte carbone d’un Français ! Du coup, des activistes ont occupé les pistes.