L'Essentiel de la Finance durable
La crise sanitaire pousse les dirigeants du SBF 120 à la modération des rémunérations

La part de rémunération en actions des dirigeants du SBF 120 est en constante augmentation., @CCO

L'ACTU

La crise sanitaire pousse les dirigeants du SBF 120 à la modération des rémunérations

Article réservé aux abonnés Article réservé aux abonnés | Par   Arnaud DUMAS | Publié le 27/11/2020

La rémunération variable moyenne des dirigeants exécutifs du SBF 120 a diminué cette année. Sous l’effet de la pression exercée par le gouvernement, les patrons des entreprises les plus affectées par la crise sanitaire ont renoncé à une partie de leur rémunération, selon l’étude annuelle de Proxinvest. La publication du ratio d’équité, issue de la loi Pacte, devrait inciter à la modération, à condition que son calcul soit véritablement représentatif de l’entreprise.

Proxinvest, l’agence de conseil en vote, a dévoilé les résultats de son étude sur les rémunérations des dirigeants du SBF 120. Surprise de l’année, la rémunération globale moyenne des présidents exécutifs du CAC 40 a baissé de près de 10 % (5,1 millions d’euros), celle du SBF 120 augmentant encore de 2 %. "On atteint un salaire médian de 3 millions d’euros pour le SBF 120 et 96 entreprises satisfont notre limite de rémunération socialement acceptable de 5 millions d’euros", remarque Loïc Dessaint, le directeur général de Proxinvest.