La rémunération moyenne des grands patrons a doublé l'an passé, loin des hausses accordées aux salariés

CCO

L'ACTU

La rémunération moyenne des grands patrons a doublé l'an passé, loin des hausses accordées aux salariés

Par  Mathilde GOLLA|Publié le 23/04/2022

Les écarts se creusent. D'un côté, le salaire moyen des dirigeants du CAC 40 a augmenté de 100% en 2021, par rapport à 2020, et de l'autre le Smic a été relevé de 2,2% en octobre dernier et il augmentera de 2,65% au 1e mai. La rémunération moyenne des dirigeants du CAC 40 s'élève ainsi à 8,7 millions d’euros en 2021 contre 4,5 millions d’euros un an plus tôt, selon Scalens, une plateforme de services aux sociétés cotées européennes.

 Un vent de révolte se lève contre les salaires des grands patrons. Alors que la rémunération de Carlos Tavares, DG de Stellantis, a été contestée en AG, d’autres dirigeants de grands groupes pourraient être confrontés à la bronca des actionnaires. En toile de fond : le sort des salariés dont la rémunération n'a pas progressé dans les mêmes proportions. Une question à laquelle les investisseurs sont de plus en plus sensibles. Et pour cause, la rémunération, part fixe et part variable comprises, des dirigeants du CAC40 a atteint la somme de 8,7 millions d’euros en moyenne, au titre de 2021, selon les données de Scalens. Ce montant est doublé par rapport à 2020 et en hausse de 60% par rapport à 2019.

Les bons résultats des entreprises ou l’envolée des cours de Bourse avec une hausse de 29% du CAC40 expliquent en partie l'explosion de ces rémunérations. Ainsi, l’augmentation de la part variable des salaires des dirigeants a tiré les rémunérations vers le haut, au terme d'une année où les entreprises du CAC 40 ont approché les 160 milliards d'euros de bénéfices, selon un calcul de l'AFP. Les primes exceptionnelles culminent à 2,1 millions d’euros par dirigeant. La partie fixe a quant à elle augmenté de 19%, car "la nouvelle garde" des dirigeants arrivés "se paie beaucoup plus cher", selon Scalens.

Mais dans un contexte de forte inflation et de tensions sur le pouvoir d’achat des salariés, ces hausses semblent déconnectées de celles obtenues par les plus bas salaires. Le SMIC sera revalorisé le 1er mai 2022 à 1 645,58 euros brut par mois, "sur un an (de mai 2021 à mai 2022), le smic aura donc augmenté de 5,9 %, soit 91 euros brut par mois (72 euros net)", précise le ministère du travail. Ainsi, un travailleur modeste gagne 440 fois moins qu’un dirigeant du CAC40. Comparée à la rémunération moyenne des Français, qui selon l’Insee s’établit à 39.300 euros brut par an, le salaire des patrons du CAC40 est 221 fois plus important.

Dans ce contexte, les augmentations des grands patrons font grincer des dents. C’est ainsi que les actionnaires de Stellantis ont rejeté à 52 % la rémunération de Carlos Tavares lors de l’AG du constructeur automobile. Même si ce vote n’est que consultatif dans le droit des Pays-Bas, où est enregistré Stellantis, le symbole est fort. Axa pourrait également assister à une levée de boucliers de ses actionnaires lors de son assemblée générale du 28 avril. Les investisseurs doivent en effet voter la rémunération du dirigeant, Thomas Buberl, qui pourrait passer de 5,8 à 6,9 millions d’euros, selon les calculs de l’agence de conseil en vote ISS qui recommande aux actionnaires de ne pas l’approuver. Même conseil de Proxinvest qui appelle à voter contre. 

 

Toutefois, la polémique semble glisser sur certains actionnaires. Le 14 avril, ils ont approuvé à 85 % la rémunération de Daniel Julien, PDG de Teleperformance, fixée à 19,5 millions d’euros en 2021, en hausse de 15%. Pourtant, l’an passé, en AG, le salaire de l’un des patrons les mieux payés du CAC 40 avait été contesté à près de 39%. Les investisseurs avaient d'autant plus de raisons de s'opposer cette année à cette rémunération que celles des collaborateurs du leader mondial des centres d’appels ont reculé de 11% en moyenne à 23 938 euros, selon Le Monde. Décidément, les années se suivent mais ne se ressemblent pas.

Popup de la lettre d'information! Le snippet pop up de la lettre d'information est effectif sur cette page. Cliquez C'est ici pour éditer le contenu du dialogue