Les grandes majors, comme Exxon, ne seront, pas déinvestis par le fonds souverain norvégien. @Exxon

L'ACTU

Le désinvestissement pétrolier du fonds norvégien va être beaucoup moins ambitieux qu’espéré

 Article réservé aux abonnés | Par   Ludovic DUPIN |Publié le 09/08/2019

Il y a deux ans, le fonds souverain norvégien a marqué les esprits en annonçant un désinvestissement des hydrocarbures, un message fort venant du fonds qui a bâti sa richesse sur le pétrole de la mer du nord. Mais le plan final qui se dessine ne concernerait que 5,7 milliards de dollars sur un portefeuille de 1 100 milliards.

Le fonds souverain norvégien (GPFG), le plus grand au monde, bouscule sérieusement le monde de la finance depuis deux ans. En 2017, il avait annoncé son projet de se désinvestir du pétrole afin de se préserver des fluctuations de ce marché. Un objectif ambitieux qui concernait 37 milliards de dollars d'actifs, pour un fonds qui gère 1 100 milliards et qui a bâti toute sa fortune sur les réserves fossiles de la mer du Nord. Il avait fallu deux ans au gouvernement, organe de tutelle de ce fond public géré par la banque centrale norvégienne, pour rendre sa copie sur le sujet. Avec des ambitions revues à la baisse... 

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Décryptages des tendances
de marché, nouveaux outils
et stratégies innovantes

Analyses des pratiques
d’investissement
et de gestion responsables

Chaque mercredi :
ce qu’il faut retenir de
l’actualité Finance Durable

Je m’abonne