Le rapport de l’ONU sur les Ouïghours doit être utilisé par les actionnaires des entreprises concernées pour faire de l’engagement

Michelle Bachelet, Haut-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU jusqu'au 31 août 2022.

L'ACTU

Le rapport de l’ONU sur les Ouïghours doit être utilisé par les actionnaires des entreprises concernées pour faire de l’engagement

 Article réservé aux abonnés | Par  Anne Catherine Husson Traore | Publié le 03/09/2022

Les graves violations des droits humains commises par la Chine contre la population Ouïghour sont un thème d’engagement important pour les investisseurs qui intègrent des critères ESG, explique Sasja Beslik, expert de la finance durable. Ils doivent utiliser le rapport des Nations Unies pour s’adresser aux entreprises qui ont recours indirectement au travail des Ouïghours.

"Les fonds ESG sont actionnaires d’entreprises qui sont implantées en Chine ou y ont des fournisseurs, d’autres qui achètent des produits chinois", explique Sasja Beslik dans un post LinkedIn qui fait suite à la publication du rapport des Nations Unies confirmant les violations des droits humains dans le Xinjiang par la Chine. Il rappelle qu’il en va de la raison d’être des politiques d’investissement responsable de veiller à ne pas financer, directement ou indirectement, des violations de droits humains. 

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable