Le rapport du Giec met en lumière les trop faibles flux financiers orientés vers l’adaptation

@CCO

L'ACTU

Le rapport du Giec met en lumière les trop faibles flux financiers orientés vers l’adaptation

 Article réservé aux abonnés|Par  Novethic, Arnaud DUMAS|Publié le 05/03/2022

Les conséquences du réchauffement climatique pourraient s’avérer plus dramatiques que prévu, selon le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Pour Lucian Peppelenbos, stratégiste climat chez Robeco, les investisseurs doivent jouer leur rôle dans l’adaptation de l’économie au changement climatique, en évaluant mieux le risque physique et en investissant dans les solutions. Chaque semaine, Novethic Essentiel propose un billet LinkedIn qu’il ne fallait pas manquer.

"Le dernier rapport du Giec est alarmant et appelle à l’action immédiate", écrit Lucian Peppelenbos, le stratégiste climat de Robeco, le gérant d’actifs néerlandais. Le rapport des experts scientifiques alerte sur les graves menaces pesant sur les populations et les écosystèmes dans de nombreuses régions du monde. Près de trois milliards de personnes, notamment en Asie, en Afrique et dans les États insulaires, sont particulièrement vulnérables. Or jusqu’à maintenant, les efforts des acteurs financiers se sont principalement portés sur les thématiques liées à l’atténuation du réchauffement climatique, bien plus rentables.

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable