Le risque de réputation se matérialise pour les fonds verts qui misent sur la transition sans exclure les fossiles

@CCO

L'ACTU

Le risque de réputation se matérialise pour les fonds verts qui misent sur la transition sans exclure les fossiles

 Article réservé aux abonnés | Par  Arnaud Dumas | Publié le 30/11/2022

Les fonds verts sont-ils bien verts ? L’enquête du consortium de journalistes publiée dans Le Monde et plusieurs grands quotidiens européens, met en lumière les actifs carbo-intensifs de nombreux fonds verts européens classés article 9 selon le règlement SFDR. Elle jette le doute sur la qualité de ces produits financiers considérés comme les plus durables. Une enquête qui devrait augmenter la pression des régulateurs et la prudence des sociétés de gestion sur le classement de leurs fonds durables en article 9.

L'article titré "La grande tromperie des fonds d’investissements verts", met le doigt là où ça fait mal. L’enquête sur la finance durable du consortium de journalistes, dont Le Monde, soulève le capot de ces véhicules financiers pour voir s’ils tiennent leurs promesses. Sans surprise, les enquêteurs découvrent que ces fonds ne sont pas composés uniquement d’entreprises purement vertes. Pire, ils sont investis dans des secteurs très carbo-intensifs, pétrole, gaz, aérien… Certains plus que d’autres. Sur les 838 fonds verts "article 9" analysés, 388 fonds investissent dans l’industrie pétrolière et dans l’aviation, pour certains à plus de 30%, voire 40%.

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable