Après le charbon, le pétrole et gaz non conventionnel est dans le viseur de certains investisseurs., @CCO

L'ACTU

Le secteur financier resserre les mailles du filet limitant son exposition aux énergies fossiles

 Article réservé aux abonnés|Par  Anne-Catherine HUSSON TRAORE|Publié le 02/11/2020

Lors du Climate Finance Day organisé à Paris le 29 octobre, de nouvelles politiques climat ont été rendues publiques. Leur point commun : tendre à restreindre les investissements dans les énergies fossiles, au-delà du seul charbon en voie de raréfaction dans leurs portefeuilles. Un point clef pour réussir les stress tests climatiques que lancent les régulateurs, ACPR et AMF.

Les premières exclusions charbon des grands investisseurs ont été lancées en 2015. Ils souhaitaient ainsi contribuer à la lutte contre le changement climatique en limitant leur financement des énergies qui y contribuent grandement. Cinq ans plus tard, leur exposition au charbon a été drastiquement réduite. Elle est inférieure à 1 % selon le rapport publié conjointement par l’ACPR et l’AMF le 29 octobre 2020.

Exclusivement réservé aux abonnés Essentiel
Déjà abonné ? Se connecter

Retenez l’essentiel de la finance
durable : meilleures pratiques,
tendances à suivre et
décryptages d’experts

Profitez d’une analyse unique de
ces marchés en pleine expansion
et d’une veille sur les nouveaux
risques ESG

Bénéficiez de briefs
opérationnels sur les
dispositifs réglementaires et
outils de la finance durable

Je m'abonne