Les analystes ESG face à la Russie

Les régimes autoritaires ne passent pas le cap d'une analyse ESG rigoureuse. , @CCO

L'ACTU

Les analystes ESG face à la Russie

 Article réservé aux abonnés|Par  Novethic, Arnaud DUMAS|Publié le 17/03/2022

Atteintes aux droits humains, liberté de la presse limitée, pluralité politique non respectée… L’État russe multiplie les alertes rouges sur le plan de l’analyse ESG. Des sociétés de gestion avaient exclu la Russie de leurs fonds durables bien avant le déclenchement de la guerre en Ukraine. Ils démontrent par leur pratique l’intérêt d’une analyse ESG rigoureuse.

Le drame de la guerre en Ukraine a joué le rôle de révélateur de certaines pratiques de la finance durable. Des fonds revendiquant une analyse ESG étaient ainsi exposés aux entreprises russes ou à la dette souveraine du pays. Des sociétés de gestion comme Sycomore ou Mirova avaient pourtant, bien avant le déclenchement de la guerre en Ukraine, décidé de ne pas s’y exposer, le risque ESG étant bien trop grand à leurs yeux pour se mettre en quête d’une performance financière fragile.

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable