La Bank of Japan est le dernier membre en date du réseau de banques centrales pour verdir la finance. @WikimediaCommons

L'ACTU

Les banques centrales se mettent au travail sur le climat, malgré des divergences

 Article réservé aux abonnés | Par   Paul KIELWASSER |Publié le 10/12/2019

Les banques centrales sont entrées dans leur "moment climat". Les travaux du Réseau pour verdir la finance (NGFS) suscitent l’enthousiasme, et le réseau ne cesse de grandir avec l’adhésion récente du Japon. Il reste à ces leaders inspirés à convaincre certains de leurs pairs plus réticents, notamment outre-Rhin.

Un de plus ! La banque centrale du Japon a annoncé le 28 novembre dernier son adhésion au Réseau pour verdir la finance (Network for Greening the Financial System, NGFS), portant à 51 le nombre de membres du réseau et 12 observateurs. La croissance rapide du NGFS laisse à croire que les banques centrales ont pris la mesure de l’enjeu climatique. Elles expérimentent l’intégration de critères d’investissement durable dans leurs portefeuilles, et affichent un certain volontarisme dans leurs déclarations. Un consensus reste à trouver pour faire du climat une priorité de l’action monétaire et prudentielle. 

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Décryptages des tendances
de marché, nouveaux outils
et stratégies innovantes

Analyses des pratiques
d’investissement
et de gestion responsables

Chaque mercredi :
ce qu’il faut retenir de
l’actualité Finance Durable

Je m’abonne