Les intérêts familiaux de la ministre de la Transition énergétique dans des paradis fiscaux dénoncés par Disclose

@Christophe Archambault / AFP

L'ACTU

Les intérêts familiaux de la ministre de la Transition énergétique dans des paradis fiscaux dénoncés par Disclose

Par  Anne-Catherine Husson Traore | Publié le 08/11/2022

Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la Transition énergétique, est ciblée par une enquête du média d’investigation Disclose. Il révèle l’existence de la société Arjunem à laquelle sont liés trois fonds d’investissements hébergés dans des paradis fiscaux créés par son père, Jean-Michel Runacher, ancien dirigeant de Perenco numéro deux du pétrole français, dont les enfants de la ministre sont les bénéficiaires. Disclose reproche à la ministre de n’en avoir pas fait mention dans aucune de ses déclarations d’intérêts et d’avoir des liens indirects avec l’industrie pétrolière alors qu’elle pilote l’engagement de sortie des énergies fossiles du gouvernement.

L’enquête de Disclose sur les montages financiers du père de la ministre de la transition énergétique, Jean-Michel Runacher, s’est très rapidement répandue. Le media d’investigation révèle que cet ancien dirigeant du groupe pétrolier français, Perenco, a monté, en 2016, une société Arjunem, domiciliée à Paris. Celle-ci détient plusieurs fonds d’investissements dans des paradis fiscaux, au Delaware aux États-Unis, en Irlande et à Guernesey, qui détiennent plus d’1,2 million d’euros.

Désireux de défiscaliser ce patrimoine qu’il voulait transmettre à ses petits-enfants mineurs, il a fait signer leur participation dans ses fonds par leur mère, Agnès Pannier-Runacher qui n’était pas alors ministre de la Transition énergétique. Pour Disclose, les deux problèmes que posent ces intérêts familiaux indirects avec des actifs liés à l’industrie pétrolière tiennent au fait qu’Agnès Pannier-Runacher n’en a jamais fait mention dans ses déclarations d’intérêt. Mais aussi que sa proximité familiale avec un acteur clef du secteur du pétrole, peut générer un conflit d’intérêts avec sa mission de ministre en charge de la transition énergétique.

La ministre, qui ne conteste pas l’existence de la société Arjunem, a démenti tout conflit d’intérêt. Elle a expliqué qu’elle n’avait pas eu à traiter de dossier lié à Perenco qui exerce l’essentiel de ses activités hors de France, et justifié l’absence de déclaration de ces actifs par le fait qu’il ne s’agissait pas de son patrimoine mais de celui de ses enfants et qu’ils ne font l’objet d’aucune obligation de déclaration. Selon Disclose, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique a néanmoins ouvert une enquête suite à l'article.

Une affaire potentiellement embarrassante

À ce stade, cette affaire révélée en pleine COP27 peut potentiellement être embarrassante pour la ministre de la Transition énergétique, chargée de piloter la sortie des énergies fossiles de la France, parce qu’elle met en avant ses liens indirects et familiaux avec un acteur pétrolier de premier plan. Jean Michel Runacher a été l’un des principaux dirigeants de Perenco jusqu’en 2020. 

L’entreprise a été dénoncée à plusieurs reprises sur ses pratiques d’optimisation fiscale agressive en raison de son implantation aux Bahamas. Sur le plan environnemental, Perenco est poursuivie au Gabon pour pollutions pétrolières et les conditions de sécurité sur ses plateformes pétrolières ont été mises en cause par l’émission Complément d’enquête en octobre 2021.  

L’affaire Arjunem, dont Disclose n’établit pas de lien direct avec l’argent du pétrole, est donc un nouveau sujet pour cette entreprise plutôt secrète. Perenco est détenue à 100 % par François Perrodo et sa famille, classés au 15ème rang des 500 plus grosses fortunes françaises de Challenges, avec un capital de 8,3 milliards d’euros.■


Popup de la lettre d'information! Le snippet pop up de la lettre d'information est effectif sur cette page. Cliquez C'est ici pour éditer le contenu du dialogue