Les sociétés américaines rachètent de plus en plus d'acteurs européens de la notation extra-financière., @Pixabay

L'ACTU

Notation financière et extra-financière : la concentration bat son plein

Par   Arnaud DUMAS |Publié le 02/08/2019

L’acquisition de Four Twenty Seven par Moody’s marque une nouvelle étape dans le mouvement de concentration dans le secteur de l’analyse financière et extra-financière. Les grandes agences américaines se renforcent sur les deux domaines, rendant le souhait de développer une agence de notation européenne de plus en plus lointain.

Au sortir de la crise financière, les autorités européennes ont martelé leur intention de créer une véritable agence européenne indépendante de notation. Plus question de demeurer tributaire des Américains, disait-on ! Dix ans plus tard, le souhait s’est transformé en vœu pieu. Le rachat par Moody’s, le 24 juillet, de son compatriote Four Twenty Seven, qui suit de quelques mois l’acquisition du français Vigeo Eiris, démontre l’appétit d’ogre de l’agence américaine dans ce domaine.

Four Twenty Seven, créée en 2012 à Berkeley par une Française, Émilie Mazzacurati, collecte et analyse les données sur les risques physiques liés aux événements climatiques. Les scores établis par la jeune société californienne permettent à ses clients d’évaluer l’impact financier de ces risques sur leurs portefeuilles.

Le réchauffement de la planète et la multiplication des événements climatiques extrêmes rendent ces données précieuses pour les agences de notation. Moody’s ne s’y trompe pas et compte bien utiliser ces informations, tout comme les données ESG de Vigeo Eiris, pour affiner ses notations de crédit. 

Se renforcer dans l’évaluation extra-financière

Mais l’agence américaine entend aussi se renforcer dans le domaine de l’évaluation extra-financière qui permet, non pas de juger de la capacité à rembourser une dette, mais de déterminer la résilience à long terme d’un acteur, basée notamment sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Domaine dans lequel les acteurs européens avaient encore de l'avance. Son grand concurrent, Standard & Poor’s a déjà emprunté la même route en rachetant Trucost en 2016, et en lançant cette année son évaluation ESG.

Les acteurs européens, eux, participent au mouvement d’acquisition, mais principalement dans le rôle de la proie. Parmi les derniers mouvements de concentration, on compte le rachat du néerlandais Sustainalytics par Morningstar, ou encore celui de l’allemand Oekom par le spécialiste américain du conseil en vote ISS. Seule l’acquisition du français Beyond Ratings a été faite par un autre européen, le London Stock Exchange, qui s’est lancé dans une stratégie de diversification.

Ces consolidations en série devraient permettre de rationaliser un marché de la donnée extra-financière très fragmenté. C’est en tout cas l’ambition affirmée de l’agence Moody’s, qui veut créer un standard global de l’analyse extra-financière, comme elle a créé son standard pour la notation de crédit. Et comme pour la notation de crédit, les agences américaines veulent s’assurer la part du lion. "Moody’s est une maison internationale, pas seulement américaine, déclare Myriam Durand, la responsable mondiale des évaluations de Moody’s Investors services. Pour l’évaluation extra-financière, notre ambition est mondiale."