Paradoxale reclassification des fonds durables article 9 : attractifs pour la collecte, en risque sur la durabilité

@CCO

L'ACTU

Paradoxale reclassification des fonds durables article 9 : attractifs pour la collecte, en risque sur la durabilité

 Article réservé aux abonnés | Par  Anne-Catherine Husson Traore | Publié le 28/11/2022

À l’approche de 2023 et de l’entrée en vigueur des nouvelles exigences sur la classification des fonds durables selon la règlementation SFDR, les grandes sociétés de gestion jouent la prudence. Elles ont commencé à reclasser leurs fonds durables article 9, considérés comme les plus exigeants, en article 8 pour ne pas risquer d’être retoquées par les régulateurs. Leur argument principal : il ne faut pas confondre une règlementation axée sur la transparence avec un label de qualité. Explications.

Les fonds durables européens classés en article 9 représentaient une petite part du marché, 870  pour 361 milliards d’euros d’encours à fin juin 2022, selon Novethic Market Data. Mais à partir du 1er janvier 2023, ils devront être intégralement composés d’entreprises durables pour continuer à utiliser cette classification. Ce niveau d’exigence, plus élevé que prévu, a provoqué un mouvement de déclassement porté par les plus grandes sociétés de gestion Amundi, BlackRock ou Axa IM. 

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable