Renationalisation d’EDF : les petits actionnaires font entendre leur voix

@Eric Piermont / AFP

L'ACTU

Renationalisation d’EDF : les petits actionnaires font entendre leur voix

 Article réservé aux abonnés|Par  Arnaud Dumas|Publié le 19/07/2022

L’offre publique de rachat par l’État sur les 15,9 % du capital d’EDF qu’il ne détient pas devrait avoir lieu en septembre. Le ministère de l’Économie a annoncé un prix de rachat de 12 euros par action. Ce qui alimente la colère des petits actionnaires, notamment des salariés du groupe, pour qui la gouvernance de l'entreprise et les décisions de l’État sont à l’origine de la perte de valeur. Ils ont lancé des recours devant la justice pénale et saisi l’AMF pour faire entendre leur voix.

Bercy s’est décidé sur la méthode de renationalisation d’EDF. L’État va procéder à une OPA sur les 15,9 % du capital qu’il ne possède pas, au prix de 12 euros par action et de 15,64 euros par obligation convertible Oceane. La facture devrait s’élever à 9,7 milliards d’euros, l’opération étant prévue pour le mois de septembre prochain, à condition qu’une loi de finances rectificative pour 2022 soit approuvée. Cette OPA risque cependant de se frotter à la colère des petits actionnaires d’EDF, en particulier les salariés qui ont investi dans le capital de l’entreprise et qui n’ont pas hésité à faire appel à la justice.

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable