2021, année de tous les records pour les obligations durables

@CCO

MARKET TRENDS

2021, année de tous les records pour les obligations durables

Par  Arnaud DUMAS|Publié le 31/12/2021

Les émissions de Green bonds, Social bonds, Sustainability bonds et Sustainability-linked bonds ont presque doublé en 2021. La réglementation européenne sur la finance durable permet d’attirer de plus en plus d’émetteurs. Et la tendance devrait se poursuivre en 2022, tirée notamment par le programme d’obligations vertes européennes.

Spectaculaire ! Les émissions d’obligations durables ont encore fortement progressé en 2021 pour atteindre près de 800 milliards d’euros. Le marché total des obligations durables, comprenant les Green bonds, les Social bonds, les Sustainable bonds et les Sustainability-linked bonds a connu une croissance de près de 90 % cette année. L’année 2022 devrait suivre sur la même tendance.

Les obligations vertes demeurent le principal moteur du marché. Avec 440 milliards d’euros émis à fin novembre, elles représentent encore plus de la moitié des émissions pour un encours total du marché atteignant les 1100 milliards d’euros cette année. Selon NN Investment Partners, l’année 2021 a en partie bénéficié des levées obligataires ayant été décalées en 2020 en raison des confinements liés à la pandémie de Covid-19. S’ajoute le fort dynamisme des émetteurs souverains, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie s’étant lancés pour la première fois sur le marché. 

Le programme NextGenerationEU de l’Union européenne fait également office de locomotive du marché, avec près de 250 milliards d’euros d’obligations vertes prévues d’ici la fin 2026, sur un programme total de 800 milliards d'euros de dette commune. Le premier Green bond européen, lancé en octobre, a reçu plus de 135 milliards d’euros de demande, pour une levée de 12 milliards d’euros. En 2022, l’Union européenne devrait conserver son rôle de principal émetteur, avec encore entre 50 et 75 milliards d’euros de Green bonds qui devraient être présentés au marché.

Croissance de près de 50 %

Selon les prévisions du Crédit Agricole Corporate and Investment Bank, l’année 2022 devrait encore connaître une croissance de près de 50 % des émissions d’obligations durables et atteindre autour de 1200 milliards d’euros. Les réglementations européennes sur la finance durable, comme la taxonomie ou encore la réglementation SFDR, fournissent un cadre utile aux émetteurs et devraient les inciter à se lancer sur ce marché.

Mais d’autres pays pourraient commencer à rejoindre plus massivement le continent européen sur le marché. "La finance durable se répand dans de plus en plus d’endroits du monde. Par le passé, l’Europe a été le centre du marché des obligations vertes, sociales et durables, mais nous nous attendons à ce que les États-Unis et les marchés émergents gagnent des parts de marché en 2022", ajoute Bram Bos, gérant de portefeuille chez NN IP. Crédit Agricole CIB estime pour sa part que la proportion d’obligations émises en euros pourrait descendre autour de 45 %, contre la moitié des émissions aujourd’hui. Tandis que les émissions en dollars devraient dépasser les 35 % du total.

Les Sustainability-linked bonds devraient également continuer la forte progression qu’ils ont connue en 2021. Contrairement aux Green bonds et Social bonds, les montants levés par un Sustainability-linked bond ne sont pas affectés à un projet spécifique. Les émetteurs s’engagent seulement sur des objectifs de durabilité dont l’atteinte ou non fera varier le coupon. Ces obligations ne représentaient que 2 % du total des émissions durables en 2020, et ont approché les 10 % en 2021. Selon le Crédit Agricole CIB, elles devraient atteindre 20 % en 2022. Ce type d’obligations commencent cependant à faire l’objet de sévères critiques de la part d’investisseurs, qui s’inquiètent de leur crédibilité.■


Popup de la lettre d'information! Le snippet pop up de la lettre d'information est effectif sur cette page. Cliquez C'est ici pour éditer le contenu du dialogue