La finance sociale, boostée par la crise du Covid-19, demeure un terrain à défricher

@Novethic

MARKET TRENDS

La finance sociale, boostée par la crise du Covid-19, demeure un terrain à défricher

Par  Arnaud DUMAS|Publié le 08/06/2021

La pandémie de Covid-19 a joué le rôle d’accélérateur pour la finance à vocation sociale. Dans sa dernière étude intitulée "La montée en puissance des investissements à vocation sociale", Novethic analyse le fort développement en Europe en 2020 des Social bonds, dont les fonds collectés sont fléchés vers des projets sociaux.

La crise du Covid-19 a fait l’effet d’une piqûre de rappel pour les investisseurs sur les risques causés par la montée des inégalités sociales. Une nouvelle étude de Novethic intitulée "La montée en puissance des investissements à vocation sociale" montre que le facteur S de l’ESG (environnement, social et gouvernance) commence à prendre de l’ampleur ces derniers mois dans le monde de la finance durable. Un phénomène qui se mesure notamment par l’explosion des émissions de Social bonds depuis le début 2020.

Le programme d’émission de Social bond de l’Union européenne de 40 milliards d’euros en 2020, pour aider les États-membres à faire face au risque de chômage et de chômage partiel en raison de la pandémie, illustre tout particulièrement cette tendance. Cette émission record a largement contribué au décollage du marché qui, selon l’étude de Novethic, a comptabilisé 53 émissions de Social bonds pour un montant proche de 100 milliards d'euros en 2020, contre 19 émissions pour près de 10 milliards d'euros l’année précédente.


(Source : Novethic)

À côté de ces obligations purement sociales, les Sustainability bonds se développent également. Ils mêlent à la fois des thèmes environnementaux et sociaux, et permettent d’attirer plus d’émetteurs. Eux-aussi ont connu une belle progression à la faveur de la pandémie, avec 48 émissions pour près de 30 milliards d'euros l’année dernière, contre 31 émissions pour moins de 20 milliards d'euros en 2019.

L’accès aux services essentiels en tête

Comme les Green bonds, les fonds levés dans le cadre d’un Social bond doivent être fléchés vers des projets précis, tout en ciblant des types de population spécifiques, selon les Social Bonds Principles de l’Icma (International capital market association). L’accès à des services essentiels (éducation, santé, services financiers, etc.) se hisse en tête des thèmes les plus prisés par les émetteurs d’obligation sociale, il se retrouve dans 41 % des émissions. Il est suivi par l’accès au logement abordable (35 %) et la création d’emploi (28 %). La réponse à la crise du Covid-19 a par ailleurs fait son entrée parmi les thèmes de prédilection des émetteurs.

Les Sustainability bonds font en général la part belle aux questions environnementales, plus qu’aux questions sociales. L’accès aux services essentiels ne se retrouve ainsi qu’en troisième position des thèmes choisis par les émetteurs, derrière le financement de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

Le marché des Social bonds et des Sustainability bonds n’en est pour l’instant qu’à ses débuts et demeure bien moins structuré que celui des obligations vertes, qui existe depuis plus de dix ans. La contribution sociale d’une telle obligation demeure difficile à mesurer, notamment du fait de la multiplicité des enjeux sociaux couverts par ces obligations. En Europe, le travail sur une taxonomie sociale par la Plateforme sur la finance durable devrait apporter des premiers éléments de réponse. ■

Popup de la lettre d'information! Le snippet pop up de la lettre d'information est effectif sur cette page. Cliquez C'est ici pour éditer le contenu du dialogue