La forte croissance des sustainability-linked bonds interroge sur la robustesse de leurs engagements

Le sustainability-linked bond émis par le Canadien Enbridge n'a pas convaincu les investisseurs durables. , @CCO

MARKET TRENDS

La forte croissance des sustainability-linked bonds interroge sur la robustesse de leurs engagements

 Article réservé aux abonnés|Par  Novethic, Nicolas REDON|Publié le 09/12/2021

Dernières nées de la famille des obligations à finalité durable, les sustainability-linked bonds ont rencontré un franc succès en 2021. Elles offrent aux entreprises la possibilité d’émettre des obligations dont les coupons sont indexés sur l’atteinte d’objectifs de durabilité mais attirent un nombre croissant de critiques quant à leur intégrité et degré d’ambition. Le Parlement européen pourrait prochainement durcir les règles pour le standard européen d’obligations durables.

Apparu en 2019 et doté depuis 2020 de Sustainability-Linked Bond Principles visés par l’ICMA, le support d’investissement en obligations dites "sustainability-linked" (SLB) commence à prendre de l’importance au sein du marché plus global des obligations à finalité durable (green, social, sustainability & sustainability-linked). Selon des chiffres compilés par Bloomberg Finance et BNP Paribas, relayés par le Financial Times, les volumes d’émissions de SLB devraient atteindre 9 % du total en 2021, contre 2 % seulement en 2020. Dans le détail, les montants collectés via ce support devraient dépasser 80 milliards de dollars sur l’année, contre près de 400 milliards pour les obligations vertes, 170 milliards pour les obligations sociales et 100 milliards pour les obligations durables, qui mêlent projets verts et sociaux.

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable