"Le vote contre aux assemblées générales est un outil très puissant pour pousser les entreprises à évoluer", Michael Herskovich de BNP Paribas AM

Michael Herskovich, global head of stewardship chez BNP Paribas AM , @BNPParibasAM

PEOPLE

"Le vote contre aux assemblées générales est un outil très puissant pour pousser les entreprises à évoluer", Michael Herskovich de BNP Paribas AM

 Article réservé aux abonnés|Par  Novethic, Arnaud DUMAS|Publié le 11/03/2022

La saison des assemblées générales s’annonce mouvementée cette année encore. Les investisseurs ont en effet tendance à muscler leurs politiques d’engagement actionnarial. Pour Michael Herskovich, global head of stewardship chez BNP Paribas AM, les investisseurs s’opposent désormais davantage au management des entreprises en s’appuyant sur des considérations environnementales, sociales et de gouvernance.

Quels thèmes principaux allez-vous suivre cette année ?

Le climat demeure pour nous un thème d’engagement très important. Nous jouons un rôle de premier plan au sein de Climate Action 100+, où nous dirigeons le dialogue avec neuf entreprises, dont cinq en Europe. 

Nous axons notamment nos efforts sur le lobbying climatique, afin de nous assurer que les politiques de lobbying des entreprises sont alignées sur les objectifs de l’Accord de Paris. Nous avions déposé l’année dernière des résolutions en ce sens aux assemblées générales d’ExxonMobil et de Delta Airlines qui ont obtenu la majorité des votes. Nous souhaitons également renforcer la transparence des entreprises sur leurs émissions, à travers à la fois des engagements individuels et des initiatives collectives qui visent à ce que les entreprises communiquent bien sur leur empreinte carbone relative aux scopes 1, 2 et 3.

Cet article est réservé aux abonnés

Faites confiance à Novethic Essentiel pour déchiffrer les dernières actualités de développement et finance durable