Au premier semestre 2019, les projets d'énergie renouvelable représentaient plus de 40 % de l'utilisation des obligations vertes, selon CBI., @Pixabay

SAGA BOND

Les Green bonds dépassent les 100 milliards en un semestre

Par   Arnaud DUMAS |Publié le 19/08/2019

Le marché des obligations vertes continue d’accélérer. Les émissions ont atteint presque 118 milliards de dollars sur le premier semestre, tirées notamment par les entreprises et par les nouveaux émetteurs souverains.

Le marché des Green bonds continue de battre ses propres records. Au premier semestre de l’année, les émissions obligataires vertes mondiales se sont élevées à 117,8 milliards de dollars, en progression de 48 % par rapport à la même période de 2018, selon les chiffres compilés par Climate Bonds Initiative. Elles dépassent pour la première fois le seuil des 100 milliards de dollars dès la première moitié de l’année.

Parmi les émetteurs, les entreprises non financières ont été les plus dynamiques. Elles ont emporté 26 % du marché total. 

Quelques gros tickets ont permis de tirer le marché, comme celui d’Engie qui a émis une obligation verte de 1,5 milliard d’euros au mois de juin pour financer notamment des projets d’énergie renouvelable. Ce nouveau Green bond porte le montant total émis par l’énergéticien français depuis 2014 à 8,75 milliards d’euros. En janvier, l’énergéticien américain MidAmerican Energy a levé 1,5 milliard de dollars de Green bonds et en avril, le fabricant coréen de batteries LG Chem, 1,56 milliard de dollars.

Encore un petit marché

Les obligations vertes d’État comptent, quant à elles, pour 15 % du total d’émissions, contre 12 % l’année dernière. Les Pays-Bas (6 milliards d’euros), Hong Kong (1 milliard de dollars) et le Chili (1,5 milliard de dollars) ont notamment fait partie des nouveaux pays à rejoindre le marché des Green bonds pour la première fois. L’État français demeure le plus gros émetteur souverain, avec 13 milliards d’euros.

Ce marché devrait continuer à se développer, CBI estimant qu’il devrait atteindre 250 milliards de dollars fin 2019. La Commission européenne, dans son plan pour la finance durable, espère inciter les émetteurs à se lancer. Le groupe d’experts techniques lui a remis, le 18 juin dernier, un rapport sur un standard européen des obligations vertes pour en renforcer la transparence. 

C’est tout l’enjeu de ce marché souvent présenté comme le porte étendard de la finance verte. Des règles de transparence claires sur l’utilisation des fonds collectés sont nécessaires pour convaincre les investisseurs, guider les émetteurs et développer le marché. Et celui-ci en a besoin ! Il ne demeure une toute petite goutte d’eau dans un océan de finance brune. Selon les chiffres de la Banque de règlements internationaux, le marché obligataire mondial s’élevait à plus de 100 100 milliards de dollars en 2017, les obligations vertes comptent donc pour moins de 1 % du total.